Hijama, thérapie des ventouses ; cupping thérapie

Hijama

La hijama est une méthode thérapeutique très utilisée dans la médecine prophétique et permettant de soigner de nombreux maux. Ancestrale elle est aussi appelée  cupping thérapie ou extraction par ventouses et incisiothérapie.

La cupping thérapie permet, par le retrait du sang accumulé à des points précis du corps.

1-Soulage nos douleurs

Du fait qu’elle permet la sécrétion d’endorphine de façon significative, constaté  chez beaucoup de patients après la cupping thérapie.

2- Favorise la détente et réduit le stress

il s’est avéré que suite à la saignée, lorsqu’elle est pratiquée sur certains points du corps, le patient s’endort profondément pendant l’opération ou après. A son réveil, il ressent un bien-être et devient dynamique.

3-Nettoie notre corps

Elle permet de « nettoyer » le sang des différents éléments dont l’accumulation est toxique, comme les cellules mortes ou abîmées (globules rouges, mais aussi plaquettes et globules blancs) Elle permet d’éliminer les substances présentes en excès (créatinine, sucre, cholestérol, acide urique), les résidus médicamenteux, etc…

 

4-Équilibre notre corps et nos fonctions

Elle restaure la carence en fer (en freinant la fuite de fer et en stimulant son absorption digestive après la séance),elle augmente le taux d’hémoglobine (souvent bas en cas d’anémie), elle restaure et normalise le taux de plaquettes, elle fait baisser le taux de glycémie, de créatinine, d’acide urique et de cholestérol.

5-Renforce nos défenses

Elle augmente le taux de globules blanc, elle stimule également la circulation  veino-lymphatique, elle régule l’activité du thymus.

6-Aide à la production d’hormones

Elle permet de réguler les hormones en stimulant les glandes endocrines :

  • Hypothalamus
  • Hypophyse
  • Surrénale
  • Thyroïde
  • Ovaire ou testicule
  • Parathyroïde
  • Pancréas
  • Thymus

7-fonctions réparatrices

. Elle agit ainsi sur la cicatrisation des tissus musculaires endommagés. Mais ceci ne s’applique pas dans tous les types de blessures,

Vertus scientifiques de hijama

 1. La Hijama humide

La hijama humide consiste en l’extraction de substances toxiques et nocives du corps. Ceci explique que pendant longtemps, c’est sa fonction épurative qui était reconnue (diminution du mauvais cholestérol, de l’acide urique, de la créatinine, de l’excès de sucre…). Cette forme est celle recommandée en médecine prophétique. Dans cette méthode des micros griffures superficielles sont appliquées sur la peau puis on pose les ventouses.

  1. 2- La Hijama sèche

Elle consiste en  la stimulation du flux sanguin, à travers l’application de ventouses sur certains points du corps. La hijama sèche permet, en effet, l’extraction des substances excédantes, toxiques depuis l’organe atteint vers la surface de la peau. Elle va faciliter le cheminement des substances toxiques depuis l’organe atteint vers la surface de la peau.

la forme sèche est indiquée dans certains cas :

-Chez l’enfant de moins de dix ans. (Incontinence urinaire ou fécale, constipation, douleur, stress)

-En cas d’articulations tuméfiées et douloureuses,

-En cas d’atteinte musculaire : douleurs, crampes, …

Il existe plusieurs variétés de hijama sèche :

  • La hijama sèche avec ventouses statiques

Le dry cupping : pose de la ventouse sur la peau et on laisse en place 10 min

  • La hijama sèche avec ventouses dynamiques

Le Flash cupping contribue à avoir une bonne circulation sanguine. Elle est réservée aux patients qui souhaitent se débarrasser de congestion, de sinusite ou d’asthme, Particulièrement recommandée pour les enfants.

. La ventouse est placée au niveau de la peau de la zone a traitée pendant environ 5 secondes. Ce geste est à répéter plusieurs fois pour améliorer le mouvement de va-et-vient du sang.

Le moving cupping consiste à placer la ventouse en un endroit du corps puis de la faire glisser sur les zones à traiter. Il est indispensable de bien dessiner les mouvements pour qu’elle ne reste pas trop longtemps en un point précis.

 Contre-indications

  • La femme enceinte 1er et dernier trimestre de grossesse,
  • l’enfant en dessous de 3 ans,
  • la personne très âgée (au-dessus de 65 ans à voir selon les cas),
  • après une chirurgie,
  • greffé des reins,
  • la personne cardiaque ou porteuse d’un appareil cardiaque,
  • une personne en grand état de faiblesse,